Avertir le modérateur

arabes

  • Humour : être Arabe aux USA

    C'est un vieil Arabe de Palestine qui a émigré aux USA en 1948.

    Il a enseigné les maths à l'université du Wisconsin puis a pris sa retraite à la campagne où il habite une maison avec un petit champ au bout de son jardin.
    Un soir il téléphone à son petit-fils qui fait ses études à la Sorbonne : "j'ai envie, sur mes vieux jours, de faire un potager au fond de mon jardin. Lorsque tu viendras en vacances, toi qui es fort, tu pourras m'aider à labourer. J'aurais préféré le faire moi-même mais je n'ai hélas pas la force de labourer tout le champ. Toutefois je vais peut-être essayer quand même de commencer".

    Trois heures après, en pleine nuit, le petit-fils rappelle son grand-père d'un cabine : "grand-père chéri, ne creuse surtout pas. Lorsque je suis venu avec mes amis l'été dernier, j'ai enterré LA CHOSE dans le champ. Ne touche surtout à rien ".

    A six heures du matin une nuée de véhicules de police entoure la maison du vieil homme. Police, FBI et CIA sont là. Ils creusent le jardin mais ne trouvent rien et repartent, bien déçus, laissant le professeur éberlué et son champ entièrement retourné.

    Quelques jours après le professeur reçoit une lettre de Paris : "mon grand-père bien-aimé, j'espère que tout s'est bien passé. Je ne peux venir maintenant et j'ai fait tout ce que je pouvais faire pour toi dans l'immédiat ".

    source : yalibnan.com

  • Le renard du désert


    Afrika korps
    Un fait d’armes de Rommel : avoir refusé la violence dans des circonstances difficiles.
     
    13cee4e2692ebd7e98fb3d2b4e1423c0.jpg


    Du renard du désert ces temps étaient le fait
    Comme notre petit fauve, certes il était rusé
    Mais bien plus que de ruse son cœur était comblé
    Car il aimait surtout la gloire et la beauté.

    Or ses soldats fourbus par tant de luttes épiques
    Avaient chassé l’ennemi jusqu’en Cyrénaïque
    Et leurs chars brûlants de poudre et de fumée
    Avaient vaincu enfin leur ennemi Anglais.

    Ces jeunes dieux du sable dans leur frêle beauté
    Gagnaient même aussi, armés de naîveté
    Les cœurs endurcis des bédouins stupéfaits
    Devant tant de puissance, de bruit et d’amitié.

     
    6393e4e4c1cfe4ccf321a4b72f29df4c.png

     
    Ces Arabes aux cœurs purs sous leur peau brûlée
    Sentant l’acier de Krupp sous leurs doigts burinés
    Riaient comme des enfants, caressant les blindages
    Soupesant les fusils, jouant avec les canons.

    Mais les agents Anglais en rapportant ces faits
    montrèrent à leurs chefs où était le danger.
    Passe encore de gagner des combats, des mêlées,
    Mais s’ils attirent les peuples tant par nous exploités,
    que nous avons soumis pour les utiliser,
    Ils auront bientôt fait de nous chasser d’ici
    il nous faut donc d’urgence rompre ces amitiés.

    Aussitôt, trente deniers, ils paient ceux qui en tous pays,
    vivent du mal, du laid et insultent à la vie.
    La cible est vite trouvée pour les trois bandits :
    ils vont assassiner ce tout jeune marié
    qui montre dans les souks la photo de son Inge
    la maman aux yeux bleus des bébés de Thuringe.

    Un soir il vient parler à ses nouveaux amis :
    il veut leur acheter un bracelet et un châle.

    Alors trois voyoux l’assaillent dans la nuit.
    Ils lui ouvrent la gorge : il n’était pas armé.
    Ils vont chercher la bourse et sont félicités.

    Lorsque le lendemain au camp du général la nouvelle se répand,
    la colère s’enflamme.
    On parle déjà d’otages ou bien de représailles,
    de verser du sang neuf pour ce sang pur versé.

    Mais Rommel est debout, il s’avance et leur parle :
    « ne voyez vous donc pas l’idée des ennemis?
    il veulent nous dresser contre nos  vrais amis.
    L’Arabe a le cœur noble, il connaît notre force.
    Si nous ne vengeons pas notre frère bien aimé
    en rajoutant du mal au mal déjà fait
    nous serons toujours purs dans leurs âmes bien nées ».

    Les hommes rentrent au camp, ils savent qu’il dit vrai.
    Plus jamais il n’y eut de soldat attaqué.

    Et aujourd’hui encore, au fond de la Lybie
    aux enfants graves et beaux quand le désert est muet,
    on entend les anciens à leur tour raconter

    la légende des Germains serviteurs du tonnerre,
    blonds, doux et plus vifs que l’éclair.


    podcast
     


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu