Avertir le modérateur

enfants

  • MERCI A ALAIN DE BENOIST

    Lu hier dans Boulevard Voltaire cette phrase d'Alain de Benoist  à propos de la solidarité avec les Chrétiens d'Orient :

    " Mais il est étrange que cette solidarité s’exerce si rarement en faveur des chrétiens de Palestine, dont le patriarche latin de Jérusalem rappelait récemment qu’ils meurent à Gaza, tout comme les musulmans, sous les obus israéliens. "

    Ajoutons que, sous les bombes, peu importe la religion ou l'absence de religion, nous sommes tous enfants de Dieu, fraternellement mêlés.

    Monsieur de Benoist, comme au temps de notre jeunesse, vous nous ramenez à l'essentiel... Merci de dire ce que beaucoup d'entre nous refusent d’évoquer. 

    Ne parlons même pas de Chauprade qui osât écrire : «  L’aviation et l’artillerie israéliennes répliquent donc sur les points d’origine des tirs de roquette, c’est-à-dire les immeubles d’habitation où se trouvent des civils que les combattants du Hamas ont choisi de ne pas protéger. » 

    Monsieur Chauprade, ex enseignant à l’Ecole de Guerre devrait savoir que cet argument a déjà été utilisé mille fois sans aucun succès par les pires bourreaux pour tenter de justifier des représailles sur les civils et qu'il est quelque peu éculé. Puisqu'il a - brièvement - enseigné nos futurs généraux il devrait aussi connaître la règle 3 du code du soldat aujourd'hui en vigueur dans nos armées : « Maître de sa force, il respecte l’adversaire et veille à épargner les populations. »

     

    gaza,chauprade,alain de benoist,enfants,bombes

    https://livewire.amnesty.org

    Et nous pensons qu'il y a eu beaucoup plus de souffrance à Gaza en ces quelques jours de juillet que partout ailleurs dans le monde, même sous le joug infâme des Djihadistes. Mais que cette souffrance là n'est pas convenable et qu'il convient de n'en point trop parler, sinon en la minimisant.

    On en murmure donc en rejetant les deux parties dos à dos, comme si chacune était une peu dans son tort... Trois roquettes d'un côté - tombées dans un terrain vague, comme l'a dit Jean-Marie Le Pen, - et de l'autre, trois à quatre cent petits enfants tués.

    Et au delà des enfants morts, il y a les enfants blessés, que nous évaluons à quatre ou cinq fois plus. C'est à dire près de deux mille petits dont l’enfance est maintenant terminée, du moins l’enfance telle que Dieu aurait voulu qu’elle soit : leurs familles n’auront pas ce bonheur du matin quand une petite main vient réveiller sa maman pour demander un biberon. Ni les rires du dimanche lors de la course sur le sable avec son papa. Ni les bavardages au fond de la classe quand la maîtresse a le dos tourné.

    Tous ceux qui ont vu les effets des bombes sur des enfants savent qu’il n’y a pas plus grande souffrance : à la peine physique s’ajoutent les douleurs morales à venir. Car les enfants blessés ne comprennent pas encore ce qui leur arrive : ils ne peuvent imaginer ce que va être leur vie de douleur. Ils ne peuvent savoir qu’ils n’auront pas la même jeunesse, pas la même vie d’adulte que les autres. Qu’ils n’auront, souvent, pas d’enfants à leur tour.

    Ces chairs pures martyrisées, ces regards pleins de confiance envers ceux qui les soignent... Une jambe en moins pour cette petite fille de trois ans qui, sans ce massacre, serait devenue un jour une lumineuse jeune mariée  au regard émerveillé de son époux, le soir de ses noces. Plus de visage pour ce petit garçon de cinq ans au passage duquel, quinze ans plus tard, les filles se seraient retournées. Plus de bras, plus d'yeux... du sang, ces os brisés, ces peaux à jamais marquées par le feu, des souffrances sans fin pour la plupart d’entre eux.

    Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi les avez vous abandonnés ? 

    Et nous, mon Dieu, pourquoi les avons nous abandonnés ?

    Louis ROISSARD

  • MISSION ACCOMPLIE A GAZA

    Il semblerait que les troupes israéliennes quittent Gaza en ce moment, avec la satisfaction du devoir accompli.

     

    Départ de gaza.jpg

     

    Les 2 photos ci-dessous montrent des corps de petits enfants conservés dans des bacs à glace faute de place à la morgue :


    Enfants Gaza 1.jpg

    Photo Daily Mail 

    Enfants Gaza 2.jpg

    Photo Daily Mail 


    Et en voici deux autres...

    Enfants Gaza 3.jpg

     

    Photo Daily Mail 

     

     

     

     

    Enfants Gaza 4.jpg

     

    Photo Daily Mail  

    leplus.nouvelobs publie ce jour un message du Docteur Michèle BECK de Médecins Sans Frontières à Gaza. En voici un extrait : 

    " Lundi soir, nous avons reçu aux urgences deux petites filles de quatre et six ans qui étaient dans un état grave. Ce sont deux sœurs. Elles se trouvaient tout près d’un endroit qui a été bombardé à Jabalya.

     

    Lorsqu’elles sont arrivées, elles souffraient de multiples plaies aux jambes et au visage, de fractures, de traumatismes crâniens et thoraciques engageant leur pronostic vital. A leur âge, la cage thoracique n’est pas complètement formée et consolidée. La déflagration a été si puissante que leurs poumons ont été très abîmés.

     

    Elles sont restées au bloc toute la nuit et aujourd’hui nous nous occupons de leurs soins post-opératoires. Je ne sais pas si elles survivront tellement leurs blessures sont importantes. "  

     

     

    Jésus Christ d'après l'Evangile selon Saint Matthieu :

    " Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. "

     

     
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu